Cine-emotions

Morning Glory : les dollars ne font pas tout

Façonné par des habitués du genre et produit par J.J Abrams, Morning Glory pointe le bout de son nez avec une grosse distribution en guise d'appât.




Comme Roger Michell est un peu passé par plusieurs genres sans rencontrer un réel succès sauf pour Coup de foudre à Notting Hill, il s'est dit que retrouver la comédie n'était pas une si mauvaise solution pour relancer une carrière dont on ne retient qu'un seul élément. Le spectateur a aussi envie d'y croire, pour peu qu'il se soit focalisé sur le très beau couple formé par Hugh Grant et Julia Roberts en 1999. Comédie qui se veut unique, et qui effectivement se laisse regarder, Morning Glory plonge en revanche dès le départ dans la surenchère et le bas niveau de son propos et de ses dialogues. Au niveau du genre, en plus de vouloir être une comédie américaine qui pose son regard rigoureux sur notre société avec les parcours de différentes personnes, on assiste à un hommage à la Screwball comedy, sous-genre comique qui a connu son âge d'or dans les années 40 qui jouait sur l'excentricité. Si on dit que c'est Franck Capra qui avait réalisé le film modèle avec New York Miami, ceux qui ont vu Morning Glory sont en droit de décocher un rire sarcastique. En brandissant un CV très séduisant du côté des scénaristes, réalisateur et autres, on pense faire croire que Morning Glory se situe dans la parfaite lignée de ce qu'il se fait de mieux dans le monde de la comédie US. Détrompez-vous, si par exemple la scénariste du film a bien signé l'adaptation du Diable s'habille en Prada avec le succès que l'on connaît à ce film, ils n'ont tous deux qu'en commun le fil rouge principal : suivre une jeune femme qui se fraye un chemin vers la réussite. Dans le premier, le propos est tendre, Anne Hathaway est pour le coup absolument convaincante, donnant une excellente réplique à Meryl Streep. Pour Morning Glory, c'est Rachel McAdams qui prend le relai, en fait des tonnes pour nous montrer que le film est aussi tonique que sa vie de plateau, et doit se farcir en prime un Harrison Ford qui fait la gueule, non content de toucher un salaire exorbitant. Comme beaucoup de stars désormais has-been (ce qui ne remet pas en question la filmographie de l'artiste en question), Ford devient un ingrédient de plus, un nom non négligeable et bankable, pensant que l'acteur est capable de livrer un rôle à la hauteur d'Indiana Jones. Avec toute l'ironie qu'il est essaye de nous faire avaler, il n'est jamais convaincant !




Seul thème qui pourrait intéresser ici le spectateur, mais déjà beaucoup retapé dans le cinéma américain, la vision du journalisme. Outre le fait qu'il raconte les exploits d'une jeune productrice exécutive vive et courageuse (bien qu'elle vienne d'une très mauvaise école), Morning Glory situe son action dans un programme matinale, le scénario du film opposant la recherche et l'information au divertissement. La course à l'audimat pour des moutons zappeurs, le film a bien visé le public auquel il s'adresse. Et avec un casting qui se paye un co-présentatrice de luxe (Diane Keaton, abominablement mauvaise) ou encore un beau gosse interprété par Patrick Wilson (vu dans Fantôme de l'opéra, Hard Candy, Watchmen) pour forcément abordé le topic de l'histoire d'amour comme à son habitude pathétique et prévisible, bien que fort heureusement, elle ne tienne pas la tête de l'affiche. Le seul à être un poil convaincant est Jeff Goldblum en patron direct et ambitieux (Jurassic Park, Independence Day). A ces gros noms d'un tapis rouge bien garni, rajoutons l'apparition de 50 Cent, qui se passe de commentaire. Sans saveur, ni esprit critique, on reste un peu distant avec ce traitement de succès, forcément romancé, même si la morale reste très positive, tout à l'honneur du film.



Trop rarement convaincant, et bien qu'étant une comédie qui se laisse regarder, Morning Glory n'entraîne pas son spectateur dans un tourbillon d'humour et de sensibilité, et ce n'est pas plus crédible avec autant de stars.


NOTE : 8 / 20




07/04/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres