Cine-emotions

Le Voyage du Directeur des Ressources Humaines : politiquement correct.

Évoquant la renaissance d'un DRH après la mort d'une d'une employée, Le Voyage du Directeur des Ressources Humaines se veut être le film de l'année en Israël.



Tout démarre par un papier d'un journaliste bien encombrant (qui va d'ailleurs l'accompagner sur le chemin) qui mettait en cause l'entreprise de ce DRH pour son inhumanité. Pour réparer l'erreur, le Directeur des Ressources Humaines est envoyé en mission pour redorer l'image de l'entreprise. Pour cela il doit quitter Israël et partir en Roumanie là où habite la famille de Yulia, du moins une partie. Sur le chemin, il fait la rencontre d'une consule plutôt excentrique, mais aussi du fils de Yulia et de son père. Pour pouvoir enterrer le corps, il doit faire signer un papier que refuse le père. Le voici donc à la poursuite de la grand-mère, seule personne vivante qui l'amène donc en Roumanie. Pendant ce road-trip un poil chaotique, c'est sa relation avec l'enfant rebelle qui lui fait ouvrir les yeux sur la réelle humanité et de son travail et de sa personne.


La morale est surtout déjà-vu : il n'est jamais trop tard pour bien faire, ou le voyage de ce DRH en quête de rédemption, qui passe de l'égoïsme palpable à la touchante personne humaine, qui l'emmène au fin fond de la pampa roumaine pour trouver le village de cette Yulia pour qu'elle y repose en paix. Le propos aurait pu être plus engagé au lieu de se cantonner à la simple comédie dramatique dont on connait l'issue et qui flirte trop avec l'ennui. On sent pourtant cette volonté de dénoncer, notamment lorsque le DRH s'oppose au journaliste et que le spectateur ressent cette tension et prend position. Au final, on comprend ce petit jeu de mot humoristique qui nous explique pourquoi le titre prend bien le soin de souligner le terme de « ressources humaines », mais on s'attendait bien à autre chose. On apprécie pourtant le jeu d'acteur de Mark Ivanir (vu dans La Liste de Schindler ou Raisons d'État) ou même la manière de filmer d'Eran Riklis (réalisateur des Citronniers et de La Fiancée Syrienne), mais on ne se sent pas emporter par ce film. Récompensé à Locarno par le Prix du Public, on comprend pourquoi le festival ne brille plus autant que dans le passé...


NOTE : 10 / 20




Le Voyage du Directeur des Ressources Humaines : Trailer
envoyé par baryla. - Court métrage, documentaire et bande annonce.


22/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres