Cine-emotions

Jewish Connection : de la synagogue à la drogue.

Tiré d'une histoire vraie et porté par Jesse Eisenberg, le sacré héros de The Social Network, Jewish Connection raconte l'histoire d'un jeune homme qui se cherche et passe de la synagogue au trafic de drogue.




A la fin des années 90, un million de pilules d’ecstasy ont été acheminées d’Amsterdam à New York par des Juifs orthodoxes recrutés à leur insu. Sam Gold, 20 ans, est l’un d’entre eux. Refusant la voie stricte et balisée que sa famille lui a déjà tracée, il accepte sans hésiter quand son voisin Yosef lui propose de faire passer des « médicaments » contre rémunération. Mais Sam comprend vite la vraie nature du trafic et se laisse happer par le gain de l’argent facile, embarquer dans la spirale des nuits sans fin de Manhattan à Amsterdam et envoûter par Rachel, la petite amie de son patron.
Devenu l’un des dealers les plus en vue de Brooklyn mais renié par son père et sa communauté, Sam est rattrapé par la culpabilité. Déchiré par sa double vie, il va prendre une décision qui risque de tout faire échouer et pourrait lui être fatale.



Jesse Eisenberg est un chouette type, en plus d'être un acteur talentueux et presque passe-partout. Sauf qu'à force de trop le voir à l'écran, on finit par se rendre compte que le jeune acteur joue un peu toujours de la même façon, quelque soit d'ailleurs le registre. Que ce soit dans Le club des empereurs (Michael Hoffman, 2003) ou Cursed (Wes Craven, 2005), mais surtout dans le film qui va le révéler au public averti, Bienvenue à Zombieland (Ruben Fleischer, 2009), Jesse Eisenberg garde la même bouille, celle de l'enfantin un peu coincé qui n'arrive pas à s'assumer, et finit par se trouve au final. Même constat pour The Social Network qui le fait exploser aux yeux de tous, sous les traits de Mark Zuckerberg. Pourtant à chaque fois reconnaissable, il arrive à donner à son personnage une très bonne dimension, celle que le spectateur souhaite voir. Dans Jewish Connection, il retrouve de nouveau ce même visage, avec assez de conviction pour être crédible (y compris sous la peau d'un jeune juif en quête du moi) et pas mal d'émotion. En bref, Jesse Eisenberg est un acteur terriblement classique dans son jeu, mais tout aussi attachant. Et pour un film, ce n'est jamais une mauvaise chose.



Kevin Asch, admirateur de Martin Scorsese, signe là un premier film convaincant sur un fait judiciaire qui avait défrayé la chronique à l'époque. Sa caméra alterne le pur côté fictionnel de ce qu'il monte, et en même temps son côté distant et mouvant nous emmène aussi dans le documentaire. Toutefois, le bémol sera à mettre au crédit d'un scénario qui franchement du temps à se mettre en route, profitant de quelques dialogues bavards. Le film finit par réellement la mesure de son sujet à peine dépasser le milieu du film. Pas assez tournoyant, un peu trop survolant, Jewish Connection manque d'être le film indépendant de référence du moment, le long presque inoubliable qui touchera le spectateur dans la profondeur. En effet, l'histoire de Sam pourrait toucher n'importe qui. En dehors du discours religieux, c'est surtout l'histoire d'un garçon qui se cherche, qui en même temps veut s'émanciper d'un père qui veut en faire un fils trop parfait malgré des difficultés financières. Il trouve dans ce trafic une nouvelle raison de vivre et derrière sa timidité visible, il nous lâche toute son intelligence, de la sincérité et surtout de la liberté.


NOTE : 12.5 / 20





20/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres