Cine-emotions

A bout portant , un policier avec la manière.

A bout portant s'affiche comme le second long-métrage de Fred Cavayé, qui signe encore une nouvelle perle dans le registre du film d'action-thriller.



Tout va pour le mieux pour Samuel et Nadia : lui est bientôt infirmier et elle, attend son premier enfant. Mais tout bascule lorsque Nadia se fait kidnapper sous l'oeil impuissant de Samuel. A son réveil, son portable retentit : il a trois heures pour sortir de l'hôpital dans lequel il travaille un homme sous surveillance policière. Le destin de Samuel est désormais lié à celui de Sartet, une figure du banditisme activement recherchée par tous les services de police. S'il veut revoir sa femme vivante, Samuel doit faire vite...


On prend les mêmes et on recommence. Ce dicton pourrait bien être le joujou fétiche du réalisateur d'A bout portant, Fred Cavayé. En effet, pour ce nouveau film d'action, deux ans après Pour Elle, Cavayé a repris une équipe similaire pour ce dernier bébé, sans mauvais clin d'œil. Au scénario avec Guillaume Lemans ou encore à la musique avec Klaus Badelt (il faut bien avouer que ces deux éléments sont cruciaux pour le film), Cavayé n'a plus qu'à jouer avec sa caméra pour offrir au public ce qu'il manque tant à la France. Les fans du genre critiquent bien trop souvent le fait qu'en France, on ne sait pas faire les films d'actions, avec un rythmé à couper le souffle et un scénario qui tient la route jusqu'au bout. Puis il y a ceux qui affirment qu'il est bon d'avoir un Fred Cavayé pour réaliser ces bons films façon « américain », mais qui critiquent nos homologues d'outre-Atlantique. Un leurre presque.



A bout portant est un film incontestablement bon, qui monte en puissance pour faire monter le stress et la tension grâce à une action ahurissante et des acteurs talentueux. Tout d'abord, Gilles Lellouche qui lance son film tranquillement, lui aussi monte en puissance pour montrer tout son talent d'acteur, alternant entre l'homme de la terreur et celui de l'émotion prêt à tout pour retrouver sa femme. Puis il y a Roschdy Zem qui se plaignait de n'avoir que des rôles de brigands, se montre ici infaillible, solide comme un roc, et en même temps émouvant de l'intérieur. Ce duo porte le film à bout de bras, sans jamais tomber dans le bon sentimentalisme. C'est aussi d'ailleurs une qualité qui revient à Cavayé, qui ne tombe pas dans le scénario facile, dans le prévisible trop certain, puisqu'il arrive à ajouter une touche de tragique lorsque personne ne s'y attend. Cavayé a repris le même thème de base, à savoir une histoire d'amour où tout semble aller pour le mieux, qui est dérouté par un élément extérieur, comme une sorte de fatalité. A bout portant joue sur le dépassement de soi, un concept important pour Gilles Lellouche ici, qui retrouve Elena Anaya (Hierro, Van Helsing, Parle avec elle) après Mesrine : l'instinct de mort.


Fred Cavayé a peut-être fait un film « comme les américains », mais on ne peut le nier, lui il l'a fait bien !


NOTE : 14 / 20



A Bout Portant - Teaser [VF|HD]
envoyé par Lyricis. - Regardez plus de films, séries et bandes annonces.


07/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres