Cine-emotions

Identité Secrète, un nanar pour le plaisir du grand public

Avec Identité Secrète, Joh Singleton signe un navet aux yeux de tous. Encore un ?




Nathan Harper a toujours éprouvé la désagréable impression de mener une vie qui n’est pas la sienne. Lorsqu’il tombe par hasard sur une photo de lui, enfant, sur un site de personnes disparues, ses peurs les plus sombres deviennent brusquement réalité. Ses parents ne sont pas les siens, sa vie n’est qu’un mensonge soigneusement fabriqué pour cacher une vérité aussi mystérieuse que dangereuse... Alors qu’il commence à rassembler les pièces du puzzle, Nathan est pris pour cible par des tueurs. Il est obligé de fuir en compagnie de la seule personne en qui il ait confiance, sa voisine, Karen. Tandis que les deux jeunes gens s’efforcent d’échapper à une armée de tueurs et d’agents gouvernementaux, Nathan réalise que sa seule chance de survivre – et de résoudre le mystère de sa véritable identité – est d’affronter la situation à sa façon…



L'identité au cinéma est une notion devenu récurrente, qu'on en fasse un thriller psychologique façon Shutter Island, un film d'action comme le Sans identité de Jaume Collet-Sera, ou encore un faux film d'épouvante comme le Dream House de Jim Sheridan. Toujours est-il que cette thématique intrigue et laisse place à l'imagination tant il y a à dire sur un tel sujet. Une semi-première pour John Singleton, célèbre dans le métier pour être le plus jeune nommé de l’histoire, ainsi que le premier réalisateur franco-américain, pour l'oscar du meilleur réalisateur. C'était en 1992 pour son film film Boyz'n the Hood, la loi de la rue. L'identité, Singleton en a fait un sous-domaine très récurrent dans son travail. Ses films se déroulent essentiellement en banlieue où il essaye d'y montrer sa vision de la réalité, notamment aux travers de films d'action comme Shaft ou Quatre frères, qui ont reçu des avis partagés lors de leurs sorties. Il est aussi l'auteur, pour le grand public, d'un autre raté, 2 Fast 2 Furious. Avec Identité Secrète, John Singleton fait de l'identité le thème central au milieu d'une histoire où un jeune héros tente d'échapper à des tueurs et des agents gouvernementaux.




Shawn Christensen, il est fort probable que vous ne connaissiez pas ce nom. Il est le scénariste de ce film. Le film a mis un certain temps à se mettre en place, histoire d'avoir tout le monde disponible en même temps, et de construire un semblant d'histoire crédible, entrecoupé de beaux effets spéciaux et d'une préparation qui avec (imaginez l'enchaînement de clins d'œil). Notre ami Shawn ne s'est pas contre lui pas creusé la cervelle. Il a écrit une histoire complétement connue d'avance, sans aucun effet de surprise, mais avec un suspense suffisant pour convaincre le grand public. Fort heureusement qu'il y a quand même d'autres personnages qui manient aussi bien l'action derrière la caméra, que lui avec sa plume sur un script. Identité Secrète est un film très mal écrit, d'une naïveté sans nom. Et plutôt que de tomber trop facilement sur l'interprétation des acteurs, il me semble important de pointer du doigt le vrai coupable : Shawn Christensen. Gageons qu'il change de métier rapidement.




Heureusement qu'Identité Secrète peut jouer sur son action et un rythme relativement sympathique. En effet, dès que le film perd en activité, on s'embourbe dans des dialogues sans fins, avec absolument aucun intérêt à ressortir. Un primaire aurait pu les écrire, et j'ai presque l'impression d'insulter ce petit gamin. Identité Secrète peut intéresser pour son sujet, mais si le grand public s'y passionne autant, c'est pour son casting, avec un certain Taylor Lautner en tête. Vous ne le connaissez pas ?! Sortez donc un peu de votre grotte, ou alors, allez voir Twilight. Le craquant loup-garou tout timide, tout mignon tout plein, avec des belles tablettes de chocolat, c'est lui ! Devenu une véritable star du côté des États-Unis, avec un beau salaire de 14 millions de dollars, le voici en train de donner un virage à 90 degrés à sa carrière, afin d'éviter de trop coller à la peau de son personnage dans la saga du vampire à l'eau de rose. Comme cela est si bien dit dans Identité Secrète, le personnage de Taylor Lautner a les crocs. C'est bien vite retomber dans ses travers. Le personnage qu'il incarne ici est bien mièvre, cliché complet du lycéen américain, tombant amoureux de la petite bimbo d'en-face qui l'aide pour son exposé. Entre les fêtes et le lycée, la vie Nathan a de quoi être passionnante... et totalement dérisoire pour le cinéphile qui a bien autre chose à voir dans un tel film. Côté interprétation, la pauvreté de son personnage ne l'aide pas. Il incarne un Nathan aux émotions faciles, un jeune héros non pas typique, mais que le public US a envie de voir. Taylor Lautner n'a toujours pas appris à jouer, et il devrait à l'avenir choisir un peu mieux ses rôles s'il veut un jour qu'on parle de lui comme un « acteur ». Il reste donc sur un nouvel échec, malgré tout le bien que disait de lui le producteur du film qui l'a choisi parce qu'il est « l’incarnation idéale d’un jeune héros ». Pour lui donner la réplique, Lily Collins (vue dans Priest et The Blind Side) et des plus grands noms adultes comme Alfred Molina, Michael Nyqvist, Sigourney Weaver ou encore Jason Isaacs.



Identité Secrète surfe sur une thématique déjà bien rabâchée, qui au-delà d'une action assez sympathique à regarder, ne propose rien d'intéressant si ce n'est une avalanche de défauts, du film très mal écrit aux prestations d'acteurs limitées.


NOTE : 7.5 / 20




04/10/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres