Cine-emotions

Qui a envie d'être aimé : l'histoire d'un coup de foudre.

Qui a envie d'être aimé, une histoire amoureuse sur la grâce qui est tombée sur un homme et va transformer sa vie. La foi est clairement un sujet à la mode.





C'est l'histoire d'un homme de 40 ans, Antoine, marié, deux enfants, brillant avocat, il semble avoir réussi sa vie ! Mais un jour, Antoine va faire une rencontre inattendue, irrationnelle, bouleversante... un peu honteuse aussi. Antoine va rencontrer Dieu, et il ne s'y attendait pas. Mais pas du tout ! ... Sa femme non plus.


En ouvrant son film par un postulat très simple et une question qui apparaît presque désuète tant elle nous semble évidente, Qui a envie d'être aimé s'engage dans une belle histoire pourtant risquée. Il s'agit ici de ne pas tomber dans le pathos du sujet, sans prosélytisme ni zèle dramatique. A l'image de ce film très réussi au fond, la prestation de comédien d'Éric Caravaca (La Chambre des officiers, Éden à l'ouest), tour à tour émouvant et réaliste. Ce film d'Anne Giafferi n'est même pas une ode à Dieu ou même à la croyance, c'est plutôt l'histoire d'un homme frappé par la grâce et qui tombe presque amoureux de cette porte qui lui est ouverte et trouve ici une sorte d'exutoire à sa vie pas forcément étriquée mais qui apporte son lot de problèmes, que ce soit la relation avec sa femme qui va se voir remettre en question, ou encore celle avec son frère (un Benjamin Biolay imprévisible et dur) mais surtout dans les deux relations père-fils, ces derniers ayant du mal à communiquer avec son père. Le spectateur sent cette sorte de gène sans pour autant que le film accentue son discours autour de cela. Le danger principal intervient là: multiplier les genres et ne plus trop savoir où situer son film. Au final, si l'histoire touchante et véritable, le propos reste quelque peu flou manquant presque d'être réellement pertinent par moment.






Qui dit foi, croyance et religion peut aussi dire turpitude en même temps que le symbole de la beauté humaine profonde comme Des Hommes et des Dieux, grand succès français signé Xavier Beauvois. Ce film est la confirmation d'un certain succès de la question religieuse au cinéma, souvent complexe à aborder, mais qui finit par séduire le spectateur avec plus ou moins de réussite, comme c'est le cas ici, ou encore pour le Jimmy Rivière de Teddy Lussi-Modeste (qui sortira le 9 mars). Dans le cas présent, le film évoque une situation très personnelle mais qui pourrait très bien concerner n'importe qui tant le personnage d'Éric Caravaca nous apparaît comme quelconque dans sa vie quotidienne. Qui a envie d'être aimé n'est pas franchement une fiction puisque le film est l'adaptation d'un livre, celui écrit par Thierry Bizot, Catholique anonyme, qui n'est autre que son mari dans la vie courante, avec qui elle a créé la série Fais pas ci, fais pas ça. Notre romancier explique alors son histoire comme telle: « Pour faire simple, c’est comme si j’avais vécu une relation amoureuse… avec Jésus. Dans le film, cette relation peut être assimilée à une relation extra-conjugale parce que le personnage ressent de l’amour pour Jésus, qu’il le cache et que sa femme vit cette relation inédite comme un adultère ». Pour les plus sceptiques, mêler ici bons sentiments avec religion peut paraître étonnant, voir presque risible, ce que le film fait aussi ressentir. Et Bizot rétorque: « Tombez amoureux, vous verrez ».


Au final loin d'un pathos ambiant que l'on aurait pu prévoir, Qui a envie d'être aimé est une petite histoire sympathique et touchante, avec les petits défauts qui vont avec et feraient presque ici son charme.


NOTE : 13.5 / 20





14/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres