Cine-emotions

Mords-moi sans hésitation, une parodie qui ne marquera pas.

Nouvelle parodie attitrée des films de vampires, et plus précisément de la saga Twilight, Mords-moi sans hésitation se donne le challenge de faire rire sans tomber dans le grotesque ridicule.


Le cœur de Becca est écartelé entre deux garçons ; l’un, mystérieux, ténébreux et trop pâle pour être en bonne santé, et l’autre équilibré et gentil qui lui fait penser à « un petit frère gay ». Dans sa quête amoureuse pour les départager, Becca va devoir affronter un dîner de famille (sans en devenir elle-même le plat principal), et échapper à un groupe de vampires aux allures de Black Eyed Peas qui aimeraient eux aussi la déguster ! Pour faire son choix, Becca va devoir affronter des ennemis, croiser des personnages improbables, bien que la fin soit couru d'avance.


Amis de la mauvaise foi et du second degrés, ceci est pour vous. Bien que je ne sois pas un fervent supporter de la saga cinéma Twilight, mes arguments en restent pour autant justifié. Se moquer de Twilight quand on ne supporte pas sa version originale, ça relève presque de la jouissance. Pas autant qu'une Becca qui rêve de se faire le beau Edward, mais le plaisir est pourtant bien présent. Le titre français s'avère plutôt moyen, même s'il joue à la fois sur le mythe du vampire et sur le titre d'un chapitre de la saga, alors que le titre original était « Vampires Suck », ça ne s'invente pas. L'affiche du film donnait aussi déjà le ton, avec le sous-titre « Ca va se finir au pieu ». La bande-annonce nous met un peu face à ce dont on va se retrouver: un film totalement décalé, qui reprend des bribes de l'histoire de la saga au cinéma, rejoue des scènes à sa façon, et dont l'humour se coince entre la parodie potache et sérieuse, et le côté plus lourd et inutile. Le plaisir est plus intense lorsque le film s'amuse à égratigner aussi le reste du star-system spécial adolescent, des Jonas Brothers à Taylor Swift en passant par les Frères Scott ou Gossip Girl. Le propos en vient même à attaquer gentiment la chaîne Fox News ou encore les producteurs de Twilight.


Bien que certaines scènes tombent dans l'abusif au niveau parodique, le passage au scalp puis au peigne fin de la saga est intéressant. Déjà parce que l'on sent que ce film n'est pas juste fait pour être dans les salles et faire de l'argent. La parodie est bien étudiée, au point de retrouver les mêmes mimiques de Kristen Stewart chez Jenn Proske (dont c'est le premier rôle), qu'elle a réussit à tourner dans le stupide et le ridicule tout en faisant rire. On retrouve donc également Edward (interprété par Matt Lander, que l'on retrouve dans le série Beverly Hills ou The Clone Wars) parodié tout en décalage par rapport au sérieux personnage de Robert Pattinson, ou encore Jacob, le loup-garou (qui se transforme en chihuahua). Mords-moi sans hésitation se décide donc à prendre l'histoire de base de Twilight, tout en créant sa propre petite fiction (relativement simple), offrant des clins d'œil à d'autres œuvres sur les vampires (Dracula, Vampire Diaries, Buffy). Sur le plan plus psychologique, le film dénonce par la parodie la stupidité des angoisses de l'adolescent et le mélodrame à l'eau de rose qui caractérise tant la saga Twilight au cinéma. Le film finit par ailleurs sur le titre de Marilyn Manson, If I Was Your Vampire. La boucle bien qu'ensanglantée, est bouclée.


Mords-moi sans hésitation rentre donc avec brio dans la case des parodies. On se souvient des ces parodies qui attaque les films d'actions et de gangs (Spoof Movie), ou encore des films catastrophes (Disaster Movie), mais on se souvient surtout du Scary Movie, parodie des slashers et film d'horreur – épouvante, qui sera le plus gros succès de la parodie au box-office mondial. Le duo de réalisateur Aaron Seltzer et Jason Friedberg n'en est pas à sa première tentative de parodie: cette dernière représente le cinquième essai, après Sexy Movie, Spartatouille, Big Movie et Disaster Movie. Tous ces films se sont pas des parodies qui ont marqué l'histoire du cinéma dans ce genre au cinéma, tout simplement parce qu'à chaque fois, les films s'essoufflent à cause de gags souvent inégaux, et on finit par oublier ces films. Mords-moi sans hésitation rentre un peu dans ce cadre, avec un peu d'efficacité


L'ensemble offre une parodie entre humour plus ou moins efficace et un ton drôlement sérieux et rien n'échappe à ce film plutôt rythmé.

NOTE : 11.5 / 20





envoyé par Lyricis. - Court métrage, documentaire et bande annonce.


30/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres