Cine-emotions

Lourdes : le miracle a-t-il eu lieu ?

Le sujet se prêtait à l'émotion facile et au pathos évident. Le challenge : jouer dans l'intimité et dans la profondeur des diverses émotions. Est-ce réussi pour Lourdes ?




Christine a passé la majeure partie de sa vie immobilisée dans un fauteuil roulant. Elle se rend à Lourdes, site de pèlerinage légendaire au cœur des Pyrénées, afin de sortir de son isolement. Elle se réveille un matin apparemment guérie par un miracle. Le leader du groupe de pèlerinage, un séduisant membre de l’ordre de Malte commence à s’intéresser à elle. Alors que sa guérison suscite jalousie et admiration, Christine tente de profiter de sa nouvelle chance.


Le cinéma peut s’avérer prévisible, souvent d’ailleurs, tout en procurant une étrange sensation de satisfaction, et là je pointe une certaine rareté. Lourdes peut faire partie de cette shortlist. En effet, il y a dans le film de Jessica Haussner (Hôtel, Lovely Rita) comme un étrange souffle, une émotion particulière qui repose sur les silences, les regards, et le sujet traité. Ce troisième long métrage pour la réalisatrice témoigne à la fois des croyances (au sens large, il ne s’agit pas de faire l’apologie des miracles religieux) et de la dureté de la maladie et du handicap. Pas de pudeur, la caméra montre les choses telles qu’elles sont, avec de la sensibilité, et parfois même de l’ironie. Le miracle est possible, tout ne tournant pas autour de Dieu et de sa capacité à guérir l’âme (et non le corps), avec parfois des questions habiles autour de ce sujet. Lourdes pourrait bien s’avérer être un film convaincant, qui repose sur l’espoir et la volonté de vivre. Mais comme prévu, ce fameux miracle qui touche Christine (une convaincante Sylvie Testud comme d’habitude) amène un pathos trop évident, et surtout met en exergue les défauts du reste du film : un discours trop centré sur le groupe de pèlerins, pas assez de folklore, des scènes répétitives qui finissent par perdre du charme, et une ironie qui laisse parfois un peu trop de distance. Il y avait du charme pourtant, de l’émotion, dommage que cet ensemble ne tienne pas sur la longueur.


NOTE : 13 / 20



LOURDES : BANDE-ANNONCE HD de Jessica Hausner... par baryla


08/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres