Cine-emotions

Pieds nus sur les limaces: doux et sensible.

Pieds nus sur les limaces pourrait bien être le coup de cœur français du moment: entre sensibilité et douceur, une véritable histoire sororelle.


Lily, drôle, exubérante et insaisissable, vit dans un univers fantaisiste en harmonie avec la nature, à la campagne, chez sa mère. Sa grande sœur, Clara, mariée et citadine, a quitté la maison familiale. A la mort de leur mère, Clara doit bouleverser ses priorités pour s'occuper de Lily. Les deux sœurs vont alors se révéler l'une à l'autre…Clara sous l'influence de Lily va remettre sa vie en question et goûter à une certaine liberté...


Pieds nus sur les limaces est un film pourtant relativement lourd dans certaines phases: si le début fait basculer le spectateur dans l'émotion, la suite le plonge dans une certaine pesanteur où évolue avec grâce Lily. Mais il faut attendre le début de changement de comportement de la part de Clara pour que le film prenne sa valeur sentimentale et le sens qu'il lui donne. Le spectateur se pose alors les questions qui gravitent autour du film. D'abord sur les grandes notions du bonheur et de l'attachement et sur la question du film: Comment s'occuper d'une fille vivante et provocante, qui ne rentre pas dans les cases d'une vie normée. En profondeur, on se demande ce qui peut se passer dans la tête de Clara, une femme qui aime sa sœur, mais qui se désespère à la voir évoluer dans une situation enlisante. Au point d'imaginer le pire, et finalement le film retombe dans le droit chemin, ce qui est plutôt prévisible. Fabienne Berthaud semble signer ici un film abouti, après avoir tenté dans Noël en famille (1998), mais surtout Frankie (2006) pour sa première réalisation seule, où elle retrouve d'ailleurs Diane Kruger.



On reprochera au film son manque de rythme mais aussi la présence de Diane Kruger. Non pas que l'on puisse douter des talents de cette actrice qui a déjà évolué dans Joyeux Noël, Pour Elle ou encore Goodbye Bafana, mais son accent met en doute la crédibilité de son personnage. Mais si la belle se débrouille plutôt bien au niveau de la psychologie, c'est Ludivine Sagnier (Swimming Pool, La fille coupée en deux) qui fascine, offrant un personnage vif et sombre à la fois, sensuelle et repoussante en même temps, et surtout un bel objet d'étude pour un psychiatre chercheur. Lily reste le point d'ancrage du film, le personnage qui intrigue et qui force le spectateur à se poser les bonnes questions. Derrière le mystère de son personnage, elle est surtout une femme vivante et drôle. Son humour est d'ailleurs bien mis en avant par ces réparties qui jonchent le film et le galvanise: elle signe d'ailleurs l'une des meilleurs réparties entendues au cinéma depuis bien longtemps (« Clara a fait du droit, moi j'ai fait médecine du côté des malades »). A noter également la très partition musicale signée par Michael Stevens (Gran Torino, Invictus).


NOTE : 13.5 / 20



envoyé par baryla. - Regardez plus de films, séries et bandes annonces.


06/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres