Cine-emotions

Je suis un no man's land, l'étrange histoire de Philippe.

Film fantasque et original à la fois, Je suis un no man's land flirte avec un monde fermé et lourd pour son spectateur, malgré son ton sincère.



Philippe est chanteur et dans l'existence d'un chanteur, il y a des moments où tout s'accélère, surtout quand une groupie déjantée, des parents délaissés, une ornithologue lunaire et un ami d'enfance coriace conspirent à compliquer la vie... Comment en sortir ?


Philippe Katerine au cinéma, cela pourrait être une autre manière de découvrir ce chanteur fantasque. Voici qu'il a trouvé une chaussure à son pied dans le secteur cinématographique, livrant un personnage atypique et personnel pour Thierry Jousse, le réalisateur de Je suis un no man's land. Ce n'est pas la première collaboration entre les deux artistes, puisque les deux se sont rencontré pour Nom de code Sacha lorsque le réalisateur devait écrire un texte sur lui à l'occasion de la sortie d'un des albums de l'artiste en 1999. Par la suite, les deux compères se sont retrouvés dans Julia et les hommes (2003), puis dans le premier long de Thierry Jousse, Les Invisibles (2005). Thierry Jousse est un homme de cinéma largement respecté, passé par la critique cinéma aux Cahiers, puis à la réalisation, d'abord de courts, puis quelques longs, des documentaires et des expositions. Il donne ici à son film un ton de fantaisie assez étonnant et parfois même déroutant. L'histoire d'un chanteur assez sympa qui n'arrive pas à quitter le village de son enfance, après avoir retrouvé ses parents qu'il a délaissé, rencontrer une ornithologue un peu spéciale... Le film est un lot de rencontres parfois surprenantes.




Je suis un no man's land n'est pas un film autobiographique, ni pour Thierry Jousse ou pour Philippe Katerine. En revanche il s'inspire de quelques thématiques réalistes qui arrivent parfois à être touchantes, comme les retrouvailles avec les parents que le chanteur n'avait pas vu depuis plusieurs longues années. Clin d'œil au rythme haletant des artistes de la musique, Je suis un no man's land n'est pas plus une critique sociale ou personnelle. Que peut alors être ce film ? Une comédie un poil spatiale, parfois très (trop) décalée, un peu trop irrégulière sur sa longueur (trop de moments lourds qui n'embellissent pas le film dans son ensemble), malgré quelques touches humoristiques et un Philippe Katerine séduisant. On peut évoquer aussi quelques semblants de sincérité que le personnage de Katerine provoque. L'univers très fantaisiste est renforcé avec efficacité par une musique aérienne et synthétique que signe Daven Keller (Le voyage aux Pyrénées, La répétition).


NOTE : 10.5 / 20




17/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres