Cine-emotions

Raiponce, une aventure cheveuleresque.

Inspiré du conte des Frères Grimm portant le même nom, Raiponce renoue avec le charme et la féerie d'antan, pour le plaisir de tous.



Lorsque Flynn Rider, le bandit le plus recherché du royaume, se réfugie dans une mystérieuse tour, il se retrouve pris en otage par Raiponce, une belle et téméraire jeune fille à l’impressionnante chevelure de 20 mètres de long, gardée prisonnière par Mère Gothel. L’étonnante geôlière de Flynn cherche un moyen de sortir de cette tour où elle est enfermée depuis des années. Elle passe alors un accord avec le séduisant brigand… C’est le début d’une aventure délirante bourrée d’action, d’humour et d'émotion, au cours de laquelle l’improbable duo va rencontrer un cheval super-flic, un caméléon à l’instinct de protection sur-développé, et une drôle de bande de malfaiteurs.


50ème film d'animation pour Disney, Raiponce pourrait bien être le dernier dans la série des princesses. Après le succès en demi-teinte de La Princesse et la Grenouille, Raiponce semble donc être la dernière chance pour Disney de prouver que les contes de fées sont bien l'ingrédient phare de la maison. En attendant les chiffres qui pourront en témoigner, on peut déjà avancer que Disney a plutôt réussi son coup devant les spectateurs ayant déjà assisté au spectacle: un conte féérique, librement réadapté de l'œuvre des Frères Grimm, esthétiquement très réussi, avec suffisamment de rythme et d'émotion pour satisfaire les fans du genre. Preuve de l'efficacité de Raiponce, le couple formé par ce voleur qui se découvre une réelle raison de vivre, et cette princesse rêveuse qui débute réellement sa vie, va jusqu'à pousser la ressemblance au duo formé par Aladdin et Jasmine (notamment lors de la scène de la nuit aux étoiles). Ce beau couple joue de son charme avec humour et conviction, donnant de belles leçons de philosophie aux plus jeunes (sur les notions de bonheur et de culpabilité). Notre méchante est à la fois charmante et machiavélique, en clin d'œil au passé.


On remarque donc que Raiponce possède les ingrédients du conte de fée parfait qui pourra satisfaire sans difficultés le spectateur. Pourtant, le film manque de conviction et d'originalité. Déjà adapté d'un conte des Frères Grimm, Raiponce s'éloigne de son original pour devenir trop gentil dans son histoire et trop sympathique à voir. En effet, Raiponce (Rapunzel dans sa version originale) a vu le jour en 1812 et raconte l'histoire d'un couple qui attend un enfant, le mari décidant alors de donner à manger à sa femme de la raiponce, au risque de perdre sa vie puisque le jardin contenant la plante appartient une maléfique sorcière. Cette dernière débarque lors de la naissance de la petite fille et l'emporte avec elle pour l'enferme dans une tour dont elle ne peut sortir. Un jour, un prince passant par là entendit la voix envoûtante de la jeune fille et tomber éperdument amoureux d'elle après l'avoir rencontré. Mais au courant des visites du prince, la sorcière coupa les cheveux de la belle et l'envoya dans le désert, avant de tromper le prince qui de rage se jeta dans les ronces qui bordent la tour, ces dernières lui crevant les yeux.


Raiponce manque donc de souligner son aspect plutôt tragique et noir que lui confère le conte à l'origine. A la place, ce film d'animation est coloré, vif et vivant. Pour se protéger d'une critique visant l'adaptation ratée, on parle donc d'une inspiration des contes de Frères Grimm, ce qui laisse une liberté conséquente. Pour autant, Raiponce sonne comme du déjà-vu, mais arrive tout de même à séduire par son charme qui rappelle aisément l'enfance et des contes de fées comme Blanche-Neige ou La Belle au bois dormant. Les deux réalisateurs ne sont pas à leurs premières tentatives: pour Byron Howard, c'est Volt qui l'a consacré sur grand écran, alors que Nathan Greno avait œuvré pour Mulan ou Frères des Ours. Raiponce est à la fois le produit de ces deux réalisateurs plutôt talentueux, bien couvés par Glen Keane qui avait déjà travaillé sur Pocahontas, Aladdin ou encore La Petite Sirène. No surprises !


Cette Raiponce est une belle fleur à ne pas en douter, et Disney ferait bien de poursuivre sur ce chemin là, qui sait, peut-être un chef d'œuvre moderne y verra le jour.


NOTE : 14.5 / 20



Raiponce Bande Annonce du film
envoyé par LE-PETIT-BULLETIN. - Les dernières bandes annonces en ligne.


05/12/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres