Cine-emotions

Le Dernier des Templiers : pour les aventuriers.

Le film de héros a lui aussi sa place en ce début d'année avec Le Dernier des Templiers et Nicolas Cage en rôle titre. Quel hasard !




Après des années de croisade en Terre sainte, le templier Behmen et son fidèle compagnon, Felson, reviennent en Europe, désabusés. Alors qu'ils aspirent à une vie paisible, ils découvrent leur pays ravagé par la peste noire et se retrouvent appréhendés par les hommes du Cardinal. Accusés d'avoir déserté, ils risquent la prison. Ils n'ont pas d'autre choix que d'accepter une étrange mission. Ils doivent escorter une mystérieuse jeune femme, désignée comme une sorcière responsable de l'épidémie, jusqu'à un lointain monastère où elle sera jugée et où sera pratiqué un ancestral rituel purificateur...


Le cinéma a longtemps hésité à choisir entre la pure histoire et la fiction d'aventure fantastique, en sachant pertinemment qu'il est difficile de conjuguer les deux et d'en sortir un très bon film. Le Dernier des Templiers ne postule fort heureusement pas à être un film historique, puisque l'histoire est fausse bien qu'elle trempe ses thématiques dans la véritable Histoire, celle de la quête à l'hérétique, aux Croisades, ainsi qu'à la Peste Noire. Ces trois éléments sont à la fois acteurs et fond d'écran à l'aventure qui attend nos deux chevaliers. C'est un mauvais Ken Follett qui se destine plutôt un public d'aventureux et d'amoureux du genre.




Après une petite dose de surenchère visuelle et d'esthétisme bouffant, les yeux du spectateur se sont acclimatés, et l'aventure peut enfin commencer. Si celle-ci veut jouer dans le tout public et surtout conquérir le côté aventureux de nos têtes blondes (façon Percy Jackson, mais en mieux), le film de Dominic Sena (Opération Espadon,Whiteout) n'est pas franchement le plus ouvert. On ne lésine par sur la violence, ni sur le côté plus horrifique de la chose lorsque la sorcellerie entre en jeu. Pour assurer ses arrières, il était presque d'une évidence infaillible que de retrouver Nicolas Cage dans le rôle titre, donnant la réplique au charismatique Ron Perlman. On peut avouer que les deux acteur s'en donnent à cœur joie, sans pour autant tomber dans le trop plein. Du côté du fond, le Dernier des Templiers n'inventent rien, pompant à droite (Sleepy Hollow pour un côté sombre par exemple) ou à gauche (Indiana Jones pour le côté aventure), ce qui nous ferait dire que ce film sent le déjà-vu à des kilomètres. Mais on se laisserait bien dire également que c'est un film qui se laisse regarder, assez rythmé dans son ensemble, esthétiquement plutôt attrayant quand il ne fait pas dans la surenchère.


NOTE : 11 / 20





LE DERNIER DES TEMPLIERS : BANDE-ANNONCE VOST
envoyé par baryla. - Regardez des web séries et des films.


14/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres