Cine-emotions

Les femmes du 6ème étage : l'Espagne, ça vous gagne.

Philippe Le Guay nous revient avec une comédie fraîche et dotée d'une fraîcheur de vivre absolument plaisante : Les femmes du 6ème étage.




Paris, années 60. Jean-Louis Joubert, agent de change rigoureux et père de famille « coincé », découvre qu'une joyeuse cohorte de bonnes espagnoles vit... au sixième étage de son immeuble bourgeois. Maria, la jeune femme qui travaille sous son toit, lui fait découvrir un univers exubérant et folklorique à l'opposé des manières et de l'austérité de son milieu. Touché par ces femmes pleines de vie, il se laisse aller et goûte avec émotion aux plaisirs simples pour la première fois. Mais peut-on vraiment changer de vie à 45 ans ?



Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ? L'idée paraît quelque peu simplette, mais en même temps les problèmes d'immigration et les conséquences positives ou négatives sont un lot historique pour la France. Le réalisateur de a décidé de s'y coller avec le genre de la comédie, non sans succès ! On ressort du film avec « la banane », une étrange sensation de bonheur car c'est bien ce que le film distille à son spectateur. Malgré une histoire facile à l'image d'un final prévisible, Les femmes du 6ème étage arrive à gagner sur les deux niveaux : d'une part par son humour infaillible et son ton agréable, et d'autre part grâce à une thématique accrocheuse. Le point de départ est historique avant de devenir réellement social, gagnant alors en crédibilité. Le contexte des années 60 où de nombreux espagnols ont décidé de quitter la péninsule ibérique pour rêver d'une vie meilleure au-delà des Pyrénées. Derrière cette introduction en matière, le film se penche sur les relations sociales à travers les portraits de ces femmes espagnoles, et notamment de cette jeune bonne que recrute le couple bourgeois après que l'ex-bonne bretonne ait fait ses valises. Ce long métrage nous montre alors avec humour et appétit les facettes d'un monde que beaucoup semblent ignorer, y compris celui des patrons comme Jean-Louis Joubert (Fabrice Luchini), à travers cette joie de vivre que transmettent ces femmes de l'ombre, alors que les difficultés sont nombreuses. Le film n'évite pas le dramatique non plus, renforçant son côté réaliste. Il devient encore plus fameux lorsque le personnage de Fabrice Luchini rentre réellement dans ce monde du 6ème étage, et se redécouvre.





Si le film arrive à convaincre dans son grand ensemble, c'est probablement aussi grâce à la belle pléiade d'acteurs qui évoluent devant la caméra de Philippe Le Guay. Fabrice Luchini (qui retrouve ici le réalisateur pour la troisième fois après L'année Juliette et Le coût de la vie) brille dans son style bourgeois qui lui va si bien (prenons en exemple les récents Potiche ou Les invités de mon père) et comme à son habitude arrive à toucher le spectateur en même temps qu'il fait rire. Il donne la réplique à Sandrine Kiberlain (là aussi pour la troisième fois après Beaumarchais l'insolent et Rien sur Robert) qui reste moyenne. La force est tirée alors du groupe d'espagnoles, emmené par la grande Carmen Maura (icône de Pedro Almodovar) qui une fois n'est pas coutume continue d'être resplendissante. On retrouve également avec plaisir Lola Duenas (Yo Tambien, Parle avec elle, Mar Adentro) déguisée en communiste militante pour l'occasion, et on découvre en France Berta Ojea (800 Balles, L'Echine du Diable), ou encore Natalie Verbeke qui joue le rôle de Maria avec justesse. En vrai clown fantasque, Luchini a assuré le show lors de l'avant-première nationale du film aux Halles aux côtés de Sandrine Kiberlain, Carmen Maura et Philippe Le Guay. Il peut alors se targuer dans un discours prémonitoire que ce qui fait la force du film dans son discours, c'est le plaisir des spectateurs à la sortie du film. Pas de fautes notables, Luchini avait raison !



Porté par un Fabrice Luchini toujours aussi excellent, Les femmes du 6ème étage lâche sa bonne humour à travers cette petite comédie sociale sans prétention, mais efficace.


NOTE : 14 / 20







16/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres