Cine-emotions

The Green Hornet, un Gondry divertissant.

Michel Gondry réussit plutôt bien le défi du blockbuster américain, livrant un film de super héros rythmé et drôle. 



Après la mort de son père, le jeune Britt Reid se retrouve à la tête du journal The Daily Sentinel. Il rencontre Kato, qui s’occupait des voitures de son père mais qui cache de nombreux talents. Grâce aux inventions et l’habilité en arts martiaux de ce dernier, ils deviennent des super héros la nuit tombée. Se faisant passer pour des voyous pour mieux faire régner la justice, les deux compères commencent à attirer l’attention de Chudnovsky, qui régnait jusqu’à présent en maître sur les rues de la ville.  

Adapté d’une série diffusée à la radio dans les années 30 puis déclinée avec succès à la télévision dans les années 60 (on retrouve d’ailleurs la musique du générique dans le film), The Green Hornet met en scène un héros plutôt atypique. Contrairement à la plupart des supers héros, il combat le crime en se faisant passer lui-même pour un criminel. De plus, il ne possède aucun pouvoir et n‘est pas vraiment doué au combat. Il doit donc compter sur les gadgets inventés par son acolyte Kato, qui va se révéler être le véritable héros grâce notamment à sa grande maitrise des arts martiaux.  




Seth Rogen et Jay Chou forment un duo convaincant. Leurs personnages se complètent habilement : l’un, jeune fêtard très intéressé la gente féminine, apporte une touche comique assez efficace et l’autre apporte le côté action grâce à ses inventions ( les gadgets et la Black beauty) et ses combats impressionnants. Face à eux, on retrouve l’excellent Christoph Waltz (Inglourious Basterds) dans le rôle du bad guy, le véritable méchant de l’histoire, Chudnovsky, en plein crise d’identité face à ce jeune duo de héros branchés.  

C’est Seth Rogen lui-même qui s’est occupé de l’écriture du scénario avec son ami Evan Goldberg (Supergrave). On retrouve ici leur humour décalé, plutôt bien dosé car il a le bon goût de ne pas virer trop dans le potache. Bien que très effacé dans ce film de commande, Michel Gondry montre tout de même quelques effets de mise en scène.  

Grâce à une bonne dose d’humour et d’action ainsi qu’une vision différente du héros, The Green Hornet remplit finalement bien son contrat, divertir.

NOTE : 12.5 / 20



THE GREEN HORNET : BANDE-ANNONCE 2 VOST HD
envoyé par baryla. - Court métrage, documentaire et bande annonce.



Par Marine De Coster


16/01/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres