Cine-emotions

L'Elève Ducobu : pas aussi divertissant que la BD

Quand la série de bandes dessinées et de romans belge créée en 1992 par Zidrou et God devient un film sans saveur.



L’élève Ducobu s’est encore fait renvoyer d’une école. Cette fois, pour éviter de finir en pension, il n’a plus qu’une seule chance : réussir à Saint-Potache. Pour s’en sortir, ce cancre attachant va devoir se surpasser et mettre au point les tricheries les plus ingénieuses et les plus spectaculaires jamais imaginées. La partie est loin d’être gagnée car Mr Latouche, son redoutable professeur, est un adversaire coriace et Léonie, la première de la classe sur qui il tente de copier, ne va pas rester longtemps sous son charme…


Une BD originale bafouée


Comme Le Petit Nicolas récemment, c'est au tour du cancre préféré (si on excepte Titeuf) de nos têtes blondes de faire l'objet d'une adaptation au cinéma. Comme son homologue, Ducobu passe de la BD au cinéma sous forme de fiction avec de réels acteurs dans un monde tout aussi proche du nôtre. On pourrait déjà lui reprocher de pas avoir tenter l'expérience en film d'animation (un peu comme Titeuf d'ailleurs) et donc par là de garder ce semblant de charme qui remplissait et bonifiait les bandes dessinées. Pour ne rien arranger, Philippe de Chauveron (scénariste de Neuilly sa mère) a préféré poster Ducobu dans l'air du temps, moderne à souhait (Bluetooth, usage du verlan). C'est à peine risible et on finirait par se moquer de cet espèce de fossé qu'il faudrait absolument créer entre la très jeune génération et le corps enseignant fossilisé. C'est à peine si notre ami Ducobu ne twitterait pas pour avoir quelques bonnes réponses. On comprend donc en quelques minutes que tout le charme de la BD n'apparaîtra pas. Déception. Le film amusera probablement les 6-11 ans, mais au-dessus, la question reste entière. Pourtant, on décoche quand même quelques sourires sur des situations bien placés, mais on bien loin du résultat escompté. Ce n'est pas un Elie Semoun trop reconnaissable en Latouche qui changera la donne, continuant de persister dans son personnage habituel. Un plaisir de retrouver une Joséphine de Meaux qui avait si irrésistible avec les enfants dans sa prestation pour le duo Toledano – Nakache pour Nos Jours Heureux. Étonnamment, la comparaison avec Le Petit Nicolas continue avec la présence au casting de Vincent Claude, qui s'immisce cette fois-ci dans la peau de Ducobu.


Pour résumer, cet Élève Ducobu est très loin de remplacer l'efficacité et le plaisir de lecture de la bande dessinée, apparaissant à peine comme un divertissement que seul les enfants pour apprécier. Pour les autres, il y a assurément autre chose à voir actuellement dans une salle obscure. Salutation.


NOTE : 9 / 20 




25/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres