Cine-emotions

London Boulevard : le gangster rock William Monahan

L'ambiance so bristish est de rigueur pour ce thriller romantique mené par William Monahan avec un casting alléchant et une BO rock'n'roll.





Mitchel sort de prison plein de bonnes intentions. Pourtant, lorsqu'il tombe sur son vieil ami Billy, un petit voyou à la recherche d'un complice, il accepte de l'aider en échange d'un toit. Incapable de rompre avec son passé, Mitchel fait la connaissance de Charlotte, une star de cinéma terrée dans un luxueux hôtel particulier pour échapper aux hordes de paparazzi, dont il devient rapidement le garde personnel.
Charlotte et Mitchel se rapprochent, envisageant même ensemble une nouvelle vie à Los Angeles. Mais il a déjà attiré l'attention de Gant, un puissant parrain de la pègre, qui voit en lui un atout précieux pour ses affaires. Quand Mitchel refuse, Gant décide de le faire plier, ne reculant devant rien pour arriver à ses fins…



William Monahan dans le secteur du thriller n'est pas n'importe qui. Après avoir signé le scénario des Infiltrés de Martin Scorsese, il a aussi œuvré pour Kingdom of Heaven et Mensonges d'état, avant de passer derrière la caméra, chose jamais facile à faire. Le voici qu'il s'attaque pour sa première réalisation à l'adaptation de l'œuvre éponyme de Ken Bruen, auteur irlandais de romans policiers. Avec un tel CV en terme de scénario, une sacrée bande originale et un casting cinq étoiles, London Boulevard a des arguments qui sur le papier peuvent séduire. Sauf que le scénario ne tient pas sur la longueur, n'apporte aucune constance et finit par nous embrouiller l'esprit. Trop irrégulier, l'ambiance de départ était bonne, sorte de western moderne sous forme de film de gangster avec l'ambiance du polar britannique comme on l'aime, avec les accentuations qu'il faut. Après quelques premières minutes intéressantes dans l'esprit, Monahan ne propose rien de mieux et s'envase dans un thriller sans queue ni tête, avec un propos dénué d'intérêt, très loin par exemple d'un récent Harry Brown. Du côté des acteurs, la virilité d'un Colin Farrell ne crève pas l'écran même si le natif irlandais reste juste. Keira Knightley n'amène guère plus de fraicheur ou de fragilité, elle qui incarnait justement un rôle intéressant : une star victime des paparazzis dont les britanniques sont friands dans les tabloïds. Reste un David Thewlis toujours savoureux, seul second rôle qui reste digne d'intérêt que l'acteur définit lui-même avec beaucoup d'humour et de réalisme : « C'est un producteur de cinéma raté, un acteur raté, un musicien, juriste, agoraphobe, fumeur de joints, alcoolique, un meurtrier manqué avec un certain goût vestimentaire et beaucoup de cheveux qui vit dans la cuisine de Charlotte ». London Boulevard n'est donc pas intéressant pour son scénario plombant, qui reprend un peu de rythme vers le final histoire de bâcler une histoire qui n'est de toute façon plus captivante. Il nous reste une bande originale d'ambiance qui frôle une belle perfection, elle. De Heart Full Of Soul des Yardbirds au Club Foot du l'excellent Kasabian, la bande son est peuplée de titres très méconnus, mais qui trouvent ici une place non négligeable. Allez savoir...


NOTE : 9 / 20



Première bande-annonce pour London Boulevard par blog-Cineaddict


12/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres