Cine-emotions

[AVANT-PREMIERE] Soudain le 22 mai

Film déroutant à souhait, mais tout aussi ennuyeux, Soudain le 22 mai qui donne la sensation d'être creux, sans l'être en réalité.

 

 


 

Un agent de sécurité n’ayant pu empêcher l’explosion d’une bombe dans le centre commercial où il officie, son travail est remis en cause par les survivants de l’attentat et il est contraint de traquer le terroriste dans un monde parallèle...

 

 

On nous présente Koen Mortier en jeune espoir du cinéma de genre, plus proche du thriller polar. Avec Ex Drummer (présenté également à l'Etrange Festival comme notre film du jour), il gagnait la sympathie des spectateurs et des distributeurs à l'étranger. Il en profite alors pour réaliser un film plus ambitieux, construit d'une façon différente, ou en partant de quelque chose de simple, on le complexifie avec un monde parallèle.

 

Soudain le 22 mai, c'est un peu le genre de film qui parle pour ne rien dire. En effet, on arrive à la fin et rien n'a changé par rapport à la situation de départ, on a juste fait la connaissance de personnages aux histoires différentes, dont le point commun était qu'ils allaient tous se retrouver dans un centre de shopping, lieu d'un attentat sauvage. Le personnage principal du film est un agent de sécurité, donc on suit le quotidien lors d'une première scène plutôt morne, jouant sur le faux-rythme, un peu à l'image de ce qui va suivre. L'explosion arrive très rapidement et s'en suit alors une scène totalement opposée à l'ambiance de départ. Viscéral, puissante et horrible en même temps, elle cerne toute l'horreur de ce que l'agent de sécurité peut vivre dans les décombres poussiéreux et le bruit infernale de l'explosion qui résonne encore. En deux scènes, et malgré tout le mal que j'ai pu penser de ce film, nous avons toute la maîtrise d'un cinéma, deux façons de filmer et de mettre en scène, en les opposants d'une manière habile.  

 

Mais arrive le fameux monde parallèle, où l'agent en question doit faire à ses fantômes du passé et rencontre un à un quelques personnages décédés lors de cette explosion, le tout dans la même journée (il est le seul à avoir apparemment survécu). On traverse alors une heure de film très peu intéressante, sans véritable relief, ni style, avec des flashbacks ennuyeux. Le propos est totalement absent (ou alors franchement pas intéressant), et Soudain le 22 mai devient un film trouble. On n'a pas envie d'en penser du mal, pourtant il faut bien avouer qu'il fut un ennui profond. Ce n'est pas quelques scènes éparses et une musique intrigante qui me feront changer d'avis. Un grand dommage.

 

 

NOTE : 8 / 20 



05/09/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres