Cine-emotions

La Casa Muda, l'ennui dans le noir

En mettant en avant sa soi-disante prouesse technique et une histoire inquiétante, La Casa Muda se voulait être l'ovni horrifique de Gérardmer. Raté !



Laura et son père Wilson s'installent dans une maison à la campagne pour la retaper sur demande de son propriétaire qui souhaiterait la mettre en vente au plus vite. Ils passeront donc la nuit sur place avant de commencer les travaux le lendemain matin. Tout semble se passer pour le mieux avant que Laura n'entende un bruit provenant de l'extérieur mais devenant de plus en plus fort au premier étage de la maison. Wilson s'aventure donc en haut pour voir ce qu'il en est tandis que Laura l'attend seule au rez-de-chaussée...




En 2010, le film de Gustavo Hernandez avait créé un petit buzz, en plus d'une présentation en avant-première mondiale à Cannes. Tourné en un seul plan séquence (une nouveauté dans le film d'horreur), en plus d'être inspiré de faits réels, La Casa Muda (The Silent House, titre beaucoup plus flippant en anglais) joue sur la crédulité du spectateur pour attirer. 1h30 plus tard (avec une fin inédite projetée à Gérardmer), le bilan est loin d'être celui espéré. Gustavo Hernandez est passé à côté de ses objectifs, pas un sursaut potable, un suspense qui s'envole dès les premiers pas de son personne principal, une histoire à dormir debout qui reste la seule intrigue du film. On pourrait uniquement féliciter le réalisateur uruguayen pour le côté technique du film, entre cette façon de filmer pourtant déjà testée ailleurs, mais le tout en un plan-séquence douteux qui ne laisserait donc aucun répit au spectateur. Pourtant on a envie d'y croire, puisque l'on sait que le film a été tourné avec un Canon 5D EOS Mark II, soit un appareil HD de très grande qualité.




En se posant déjà comme un film offrant une relecture moderne du film de maison hanté, La Casa Muda met la barre très haute.La Casa Muda pourrait être une sorte de Paranormal Activity dans la forme, c'est à dire un film qui se veut inquiétant, tenant en haleine son spectateur pour le faire sursauter une seule fois dans le film, et pour finalement en tirer un bilan assez négatif. Le film tourne très vite en rond, endort le spectateur qui ne manquera pas grand chose à son réveil, car finalement celui qui est resté éveillé n'en sait toujours pas plus sur les tenants et les aboutissants de cette histoire qui peine à convaincre. Et ce n'est pas la fin alternative présentée par l'actrice principal du film Florencia Colucci qui changera la donne sur l'opinion que l'on peut avoir de ce film. Une ambiance et une caméra subjective en plan-séquence ne suffise pas, il en faut plus aujourd'hui pour être au-dessus du lot.


Pourtant aux États-Unis, le film a déjà séduit puisque La Casa Muda a déjà son remake en la personne de Silent House, avec Elizabeth Olsen (qui n'est autre que la sœur cadette des jumelles Olsen) dans le rôle titre. Le film est même présenté à Sundance, ce qui donne l'occasion au réalisateur d'Open Water de briller à nouveau, sept ans après sa dernière présence.


NOTE : 7 / 20






07/02/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres