Cine-emotions

[FOCUS ON] Vincent Cassel, acteur fougueux

Révélé en 1995 par La Haine, l'acteur qui semble mener sa carrière avec passion a depuis enchainé des rôles différents dans de multiples films français et a également réussi à s'imposer dans des productions américaines. S'investissant complètement dans les rôles qu'il choisit, Vincent Cassel est devenu un acteur incontournable de sa génération, intense et charismatique.




Fils de l'acteur français Jean Pierre Cassel et d'une journaliste, Vincent Cassel s'oriente d'abord vers une école de cirque puis intègre l'Actor's Institute de New York. Le jeune homme débute sa carrière avec une série de petits rôles au cinéma, notamment dans  Les cigognes n'en font qu'à leur tête (1989) et Les clés du paradis (1991), ses premiers rôles, et dans des téléfilms. En 1993, le jeune réalisateur français Matthieu Kassovitz lui offre un rôle dans son premier long métrage Métisse. C'est grâce à lui que le jeune acteur va rapidement se faire remarquer. En effet, deux ans plus tard, Kassovitz fait à nouveau appel à Vincent Cassel pour son film choc sur les banlieues La Haine. Tourné en couleurs et retraité en noir et blanc par la suite, le film à la mise en scène stylisé suit trois jeunes banlieusards pendant une journée, la plus importante de leur vie. Sélectionné en compétition à Cannes en 1995, le film permet à Kassovitz de remporter le prix de la mise en scène. La Haine est également récompensé de trois césars, dont celui du meilleur film. Vincent Cassel y est impressionnant dans ce rôle de jeune homme sous pression et démontre d'ores et déjà une véritable présence à l'écran. Son interprétation lui vaut une double nomination aux césars, pour celui du meilleur acteur et celui du meilleur espoir masculin.


L'année suivante, Vincent Cassel donne la réplique à l'italienne Monica Bellucci dans L'appartement. L'actrice deviendra quelques années plus tard sa femme. Ils se retrouveront à plusieurs reprises dans différents films : Dobermann (1997) de Jan Kounen où ils sont un couple de braqueurs déjantés, Embrasse-moi Pasqualino (1997), Le pacte des loups (2001), le controversé Irréversible (2002) de Gaspar Noé qui raconte en commençant par la fin les événements suivants le viol d'une femme, le thriller d'espionnage Agents secrets (2004) et le film d'horreur déjanté de Kim Chapiron Sheitan (2006). Vincent Cassel retrouve également Matthieu Kassovitz après le succès de La Haine. En 2000, le réalisateur tourne Les rivières pourpres, un thriller policier tiré du roman éponyme de Jean Christophe Grangé dans lequel Cassel fait équipe avec Jean Reno. L'année suivante, l'acteur français passe devant la caméra de Jacques Audiard pour Sur mes lèvres dans lequel il interprète un ex-détenu qui rencontre une jeune femme sourde (Emmanuelle Devos). Son interprétation lui vaut une nouvelle nomination au César du meilleur acteur. Cette récompense il l'obtiendra finalement en 2009 grâce à sa performance pour incarner Jacques Mesrine dans le dyptique sur le braqueur français, dont les deux volets, L'instinct de mort et L'ennemi public n°1, sont sortis à quelques semaines d'intervalle à la fin de l'année 2008.


La carrière de Vincent Cassel ne s'établit pas qu'en France car il fait partie des rares acteurs français qui ont réussi à exploiter avec succès leur talent en dehors du pays, notamment dans des productions anglophones.  En 1998, il est le Duc d'Anjou dans Elizabeth de Shekhar Kapur avec Cate Blanchett dans le rôle de la reine. L'année suivante, Cassel s'arrête à L'Hôtel Paradiso, une maison sérieuse. En 2001, il donne la réplique à Nicole Kidman avec Mathieu Kassovitz dans le thriller Nadia. Deux ans plus tard, Vincent Cassel tient le rôle de Lord De Guise dans le thriller médiéval The Reckoning. En 2004, l'acteur français connait un gros succès au box office lorsqu'il rejoint le casting d'Ocean's Twelve de Steven Soderbergh. Dans la peau de l'habile voleur français le Renard de la Nuit, il défie la bande de braqueurs menée par George Clooney et Brad Pitt. Il reprendra son rôle dans le troisième volet de la saga Ocean en 2007. Il se retrouve également devant la caméra de David Cronenberg cette même année pour Les promesses de l'ombre, un thriller sombre sur un réseau de prostitution à Londres contrôlé par une famille russe. Il interprètre le fils quelque peu névosé du chef de gang Semyon, donnant la réplique à Viggo Mortensen. En 2011, il interprète le chorégraphe français, Thomas Leroy, dans Black Swan, avec Natalie Portman. Dans le film de Darren Aronofsky sur l'obssession de la perfection et la réussite d'une danseuse étoile, l'acteur français incarne un personnage ambigu, exigeant et manipulateur.


Dans les salles françaises cette semaine, Vincent Cassel est Le Moine de Dominik Moll (Harry, un ami qui vous veut du bien).  Adapté du roman gothique de Matthew G. Lewis publié en 1976, le film suit le destin de Frère Ambrosio qui va  succomber à la tentation dans l'Espagne catholique du XIXe siècle. En novembre, sortira dans les salles françaises A Dangerous Method, film pour le lequel Vincent Cassel a retrouvé David Cronenberg et Viggo Mortensen. D'après un scénario de Christopher Hampton adapté de sa pièce The  Talking Cure, elle-même inspirée du roman de John Kerr A Most Dangerous Method,  le film met en scène la rencontre entre les psychanalystes Sigmund Freud et Carl Jung, avec au centre la relation de ce dernier avec l'une de ses patientes. Cette année sera donc marquée par deux films au sujets sulfureux pour l'acteur français qui sait se faire remarquer par ses choix de rôles exigeants et son talent.



Par Marine De Coster



19/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres