Cine-emotions

[FOCUS ON] Kirsten Dunst, princesse du spleen

Grâce à son rôle dans Melancholia de Lars Von Trier, Kirsten Dunst est repartie du 64ème Festival de Cannes avec le prix d'interprétation féminine. Retour sur sa longue carrière qui s'est construite entre films visant le grand public et films d'auteur dans lesquels la jeune blonde au teint diaphane s'est illustrée.


 

Enfant star, Kirsten Dunst a grandi devant la caméra et compte désormais plus d'une trentaine de films dans sa carrière longue de 21 ans. Née dans le New Jersey en 1982 d'un père d'origine allemande et d'une mère d'origine suédoise, elle connait dès l'âge de trois ans un début de carrière faste dans la publicité à la télévision et comme mannequin pour les agences Ford et Elite. Elle fait ses débuts sur grand écran à l'âge de 8 ans en apparaissant dans le court Oedipus Wrecks de Woody Allen pour New York Stories. La jeune fille passe ensuite devant la caméra de Brian de Palma pour Le bucher des vanités.


En 1994, Kirsten Dunst tient un rôle très remarqué dans Entretien avec un Vampire, aux côtés de Brad Pitt et Tom Cruise. Elle interprète un personnage complexe, une enfant qui devient vampire et qui grandit donc dans ce corps de jeune fille. Parvenant à passer de l'innocence à la maturité au long des scènes, la jeune actrice impressionne et se voit nominée aux Golden Globe. La même année, Kirsten Dunst incarne Amy March, dans Les Quatres Filles du Docteur March, adaptation du célèbre roman de Louisa May Alcott. La jeune actrice se retrouve ensuite plongée dans le monde de Jumanji, un film familial avec Robin Williams inspiré d'un livre pour enfants dans lequel un jeu mystérieux propulse son univers, une jungle fantastique, dans le monde réel. Elle obtient également un rôle récurrent dans plusieurs épisodes de la saison 3 de la série médicale Urgences.


Enfant dans Entretien avec un Vampire (1994)


En 1999, Kirsten Dunst refuse le rôle d'Angela dans American Beauty avec Kevin Spacey. Sa carrière prendra ensuite un tournant décisif puisqu'elle joue dans le premier long métrage d'une jeune réalisatrice très prometteuse, Sofia Coppola. Brillant et maitrisé, Virgin Suicides est salué par la critique et permet à la jeune actrice de s'illustrer dans un rôle central. Interprétant Lux, l'une des cinq sœurs Lisbon, une adolescente rebelle et incomprise, elle tient l'un de ses meilleurs rôles. Sofia Coppola lui offrira par la suite son premier rôle principal dans Marie-Antoinette, puisque Kirsten Dunst interprète la jeune autrichienne devenue Reine de France. La réalisatrice choisit de laisser de côté les aspects historiques et politiques pour se concentrer sur le personnage de la jeune femme, explorant à nouveau le passage difficile de l'adolescence à l'âge adulte dans une sphère d'incompréhension. La jeune actrice porte le film, apparaissant dans la quasi-majorité des scènes.


Adolescente et fraîche dans Virgin Suicides (1999)


Après le succès critique de Virgin Suicides, Kirsten Dunst joue dans différents films qui lui permettent d'installer sa popularité auprès d'un public majoritairement adolescent avec notamment les comédies Dick, les coulisses de la présidence, American Girls et Allison Forever. En 2002, elle accède à une grande notoriété grâce à son rôle dans Spiderman. Pour incarner Mary Jane Watson, la voisine dont est épris Peter Parker (Tobey Maguire), Kirsten Dunst troque son blond lumineux pour la chevelure rousse de son personnage. L'adaptation de comics réalisée par Sam Riami est un véritable succès au box office. L'actrice reprendra son rôle dans les deux volets suivants de la franchise. En 2004, Kirsten Dunst entre dans l'univers décalé du réalisateur français Michel Gondry pour Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Elle y incarne la réceptionniste du cabinet Lacuna qui efface les souvenirs de relations amoureuses.


Rousse et érotique dans Spiderman (2002)


Alors qu'elle enchaine depuis son enfance les tournages, Kirsten Dunst s'absente des salles obscures pendant plus de deux ans après la comédie Un Anglais à New York en 2008. On la retrouve tout de même derrière la caméra puisque son second court métrage (après Welcome en 2007) Bastard clôt la semaine de la critique au festival de Cannes en mai 2010. A l'affiche cette semaine de Melancholia, l'actrice signe un retour remarqué puisqu'elle a vu son talent récompensé du prix d'interprétation féminine pour son rôle dans le film du réalisateur danois Lars von Trier. On la retrouvera en décembre dans l'adaptation du roman de Jack Kerouac, œuvre phare de la Beat Generation, Sur la route. Elle partagera également l'affiche avec Ryan Gosling dans le thriller All Good Things puis sera au cœur d'Upside Down avec Jim Sturgess pour une romance dans un univers extraordinaire.


En mariée névrosée dans Melancholia (2011), aux côtés d'Alexander Skarsgard



Par Marine De Coster & Christopher Ramoné



11/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres