Cine-emotions

Planète 51, la SF en animation.

Planète 51 pourrait bien faire de l'ombre à la Princesse et la Grenouille. Esthétiquement beau, ce film d'animation espagnol a tous les ingrédients pour plaire.

 

Tout est normal sur la Planète 51. Le ciel est bleu, les habitants sont vert pomme et les Cadillacs volent. Lorsque Chuck, un astronaute aussi futé qu'une huître, y déboule avec sa fusée, les habitants croient à une future invasion extraterrestre. L'armée aux trousses, Chuck se carapate. Lem, un gamin aussi vert que brave, va tenter de sauver cet être étrange des griffes du général Grawl.

 

 

Le film de science-fiction pour les plus petits ou presque. Planète 51 a déjà les ingrédients pour faire un public jeune, déjà par son histoire, puis par ses gags qui suivent un bon rythme. Les personnages sont accrocheurs, et les petites têtes blondes peuvent ainsi s'y reconnaître. Pour les plus grands, c'est un enchaînement de clin d'œil et d'hommages aux films de SF, des plus célèbres au plus jeunes, que ce soit d'Alien à Star Wars, en passant par Terminator ou E.T, ou même dans les films d'animation, passant de Toy Story à Wall-E Le tout avec beaucoup d'humour et de subtilité sans en faire trop.

 

Planète 51 est aussi le genre de film d'animation dont on pourrait penser très facilement qu'il est tout droit sorti des studios Dreamworks. Perdu, il est hispano-britannique ! Si on pouvait douter sur la faculté espagnole à faire des films en 3D, la raison n'y est plus. On notera juste que la version originale s'est tout de même dotée pour rattraper le coup de grandes vedettes hollywoodiennes, que ce soit Jessica Biel, John Cleese ou The Rock. Pour la version française, c'est Vincent Cassel qui incarne le très fun astronaute. Le film est visuellement très sympathique, jouant sur les couleurs et la vivacité de l'image, mettant aussi en avant les graphismes et la beauté de cette petite ville extraterrestre.

 

 

Il faut aussi réfléchir sur les thèmes du film. Le réalisateur Jorge Blanco a décidément finalement de transposer la conquête spatiale: c'est l'homme qui va envahir une planète inconnue, et non l'inverse. On joue sur nos peurs et on montre aussi à quel point le terrien est mégalomane. Pour les plus petits, le film pourrait aussi s'apparente au rêve d'un monde autre que celui de la Terre. Le monde de Lem est un monde tranquille, très proche de la Terre, avec ces quelques détails qui donneraient envie d'y être. Le film pose aussi intelligent la critique du regard de l'homme sur les autres, en évoquant un quiproquo sur qui est l'étranger. Ainsi, le film pourrait arriver naïvement à la réponse qu'on est tous pareil dans le fond. Il faut tout de même rester enfantin, ne l'oublions pas.

 

Un film d'animation espagnol qui prend ses airs américains pour critique le terrien mégalomane, qui se porte en héros et qui découvre des êtres bien plus semblables. Entre gags drôles pour enfant et véritable clin d'œil à la SF, Planète 51 n'est sûrement pas le film d'animation à rater en ce moment.

 

 

NOTE: 13.5/20

 


PLANÈTE 51 - BANDE-ANNONCE HD VF
envoyé par baryla. - Court métrage, documentaire et bande annonce.


05/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres