Cine-emotions

[FOCUS ON] Nanni Moretti, un cinéma intime et politique

Le cinéaste italien présentait en mai dernier son dernier long-métrage, Habemus Papam, un film sur le mal de vivre et sur la difficulté d'assumer ses responsabilités. Nanni Moretti semble lui assumer ses choix, que ce soit ses prises de positions sur la politique italienne ou les sujets abordés dans ses films, toujours très personnels.




Né en 1953 à Brunico en Italie de parents professeurs, Nanni Moretti découvre sa passion pour le cinéma à l'adolescence avec les films de Fellini et d'Antonioni. Inspiré notamment par le cinéma d'auteur italien des années 1960 et la nouvelle vague française, il décide de devenir réalisateur à la fin de ses études. Le jeune homme tourne ainsi deux courts métrages en Super 8 en 1973, Paté de bourgeois et La défaite. En 1976 sort son premier long métrage, Je suis un autarcique. Dès ses premiers films, Nanni Moretti impose son style, entre introspection et questionnement politique, le tout dans un ton humoristique satirique. Omniprésent dans ses films, il est à la fois scénariste, monteur, réalisateur et acteur. Je suis un autarcique est centré sur une bande d'amis qui essaie de monter un spectacle de théâtre expérimental.


En 1978, le jeune réalisateur italien présente son second long métrage Ecce Bombo au festival de Cannes. Le film explore le mal-être d'un jeune homme (interprété par Nanni Moretti) face au monde extérieur, dont la vie est partagée entre les moments avec sa petite amie, ses parents avec lesquels il a une relation conflictuelle et sa bande d'amis. En 1981, Sogni d'Oro, centré sur les problèmes sentimentaux et professionnels d'un jeune cinéaste, remporte le Grand Prix du Jury à la Mostra de Venise. Trois ans plus tard, on retrouve un personnage prénommé Michele Apicella interprété par le réalisateur. Pour Bianca, il est un professeur de mathématiques qui épie ses voisins et va rencontrer une professeur de français, Bianca (Laura Morante). L'année suivante, Nanni Moretti incarne Don Giulio dans son film La messe est finie. En 1989, Michele Apicella est un joueur de waterpolo et membre du parti communiste Italien, amnésique après un accident de voiture, dans Palombella Rossa.


1994 marque un tournant dans la carrière du réalisateur avec le film Journal Intime. Nanni Moretti ne passe plus par le personnage inspiré de sa propre vie, Michele Apicella, mais se met lui-même en scène pour aborder un thème très personnel, son combat contre la maladie. Il dévoile son journal intime en trois parties devant sa caméra. Avec Aprile, il aborde notamment son expérience en tant que père pour la première fois, dans un journal filmé d'Avril 1994, lorsque la droite gagne les élections, jusqu'aux 44 ans de Moretti. En 2001, le réalisateur italien fait à nouveau sensation à Cannes grâce à La chambre du fils. Palme d'Or, le film aborde le deuil d'une famille suite à la mort accidentelle de leur fils adolescent.


En 2005, Nanni Moretti tourne Le Caiman, qui met en scène un producteur de films de série Z au bord de la faillite qui va rencontrer une jeune réalisatrice avec un scénario sur Silvio Berlusconi. Portant un regard satirique sur son histoire, le film sort le 24 mars 2006 en Italie, peu de temps avant les élections parlementaires des 9 et 10 avril 2006. En 2008, on retrouve le cinéaste en tant qu'acteur dans Caos Calmo du réalisateur Antonello Grimaldi. Nanni Moretti avait déjà joué dans des films dont il n'était pas l'auteur en 1991 pour Le porteur de serviettes et en 1995 dans La seconde fois. En 2011, le virtuose italien présente son nouveau long-métrage au Festival de Cannes. Habemus Papam met en scène les errances d'un nouveau souverain pontife, interprété par Michel Piccoli, qui ne semble pas prêt à assumer son nouveau statut.


Passé maître dans la comédie aux sujets profonds, Nanni Moretti s'est imposé comme un réalisateur majeur du cinéma italien contemporain mais aussi comme une voix engagée à gauche dans les années 90-2000. Omniprésent dans ses œuvres, que ce soit à travers les différents qu'il occupe ou à travers les thèmes autobiographiques qu'il aborde, Nanni Moretti est un cinéaste qui aime surprendre avec ses chroniques de la société contemporaine.




11/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres